La production de vaccins :
un processus en constante amélioration

vaccines production
PARTAGER
Facebook
Linkedin

Véritable rempart contre de nombreuses maladies infectieuses, comme la dengue, la fièvre jaune, le virus de la grippe ou encore la polio, la vaccination sauve entre 2 à 3 millions de vies chaque année. Elle est ainsi devenue l’une des plus grandes réussites – et l’un des plus grands défis – de la science et la médecine modernes.

 

Dans l’espoir qu’un jour plus personne n’ait à souffrir de maladies évitables par la vaccination, les autorités sanitaires et les laboratoires pharmaceutiques améliorent constamment les processus de fabrication et de distribution des vaccins.

Cependant, le développement d’un vaccin est un processus complexe qui requiert une importante mobilisation de la communauté internationale.

 

 

Anticiper les besoins en vaccins

 

Le processus de mise au point d’un vaccin commence par l’identification des besoins sanitaires des populations et l’estimation du potentiel épidémique de la maladie à combattre. Les autorités et équipes scientifiques compétentes doivent donc surveiller et anticiper en permanence les évolutions des maladies existantes et l’apparition de nouvelles souches virales.

Grâce à cette première phase de veille, de nouvelles solutions vaccinales adaptées aux évolutions des virus pourront être conçues. C’est notamment le cas du vaccin contre la grippe dont le virus mute d’un hiver à l’autre.

 

Ce processus complexe requiert une collaboration à l’échelle mondiale pour mettre au point et utiliser des outils de détection de plus en plus efficaces, capables d’analyser d’innombrables données scientifiques afin de prédire les épidémies avant qu’elles ne se déclarent.

Dans cette perspective, les Relevés épidémiologiques hebdomadaire sont des outils essentiels permettant de diffuser de façon précise et rapide des informations épidémiologiques sur les cas et flambées inhérents aux maladies régies par le Règlement sanitaire international.

 

 

Des processus de production améliorés

 

Une fois le besoin d’un nouveau vaccin identifié, une importante phase de recherche et développement est lancée afin d’affiner les connaissances scientifiques nécessaires à la compréhension des maladies et virus visés.

 

Les considérables investissements des laboratoires pharmaceutiques dans des technologies plus rapides et plus puissantes ont raccourci les cycles de production et de contrôle qualité des vaccins, ouvrant ainsi la voie à une mise sur le marché beaucoup plus rapide.

Cette accélération implique aussi les autorités sanitaires de régulation qui ont pour mission de raccourcir les temps de validation des vaccins.

 

 

Développer la capacité de production et de distribution

 

Les importants progrès scientifiques et technologiques réalisés ces dernières années, ont aussi permis aux laboratoires pharmaceutiques de produire des vaccins à plus grande échelle, et de mieux répondre aux besoins croissants de la population mondiale.

 

Par ailleurs, la mise en place d’un réseau de sites de production et de distribution mondiaux, régionaux et locaux assure une flexibilité maximale permettant de répondre rapidement et efficacement aux multiples problèmes de santé publique à travers le monde. Dans ce but, Sanofi Pasteur a par exemple confié à sa filiale indienne Shantha Biotechnics la création d’un nouveau vaccin contre la polio.

 

Cette infrastructure de coopération internationale et d’investissement local permet également de mettre en œuvre des programmes de vaccination efficaces au-delà des frontières. Ainsi, même les régions les plus isolées et les communautés les plus pauvres peuvent être prises en charge rapidement et efficacement.

 

 

Une entreprise complexe mais fondamentale

 

C’est une entreprise complexe et coûteuse, mais l’ambition de Sanofi Pasteur est de créer un monde où plus personne ne souffre ni ne meurt d’une maladie évitable par la vaccination.

Choisissez les sujets qui vous intéressent comme
ou