Les vaccins, ça marche. Ils sauvent et améliorent la vie.

Immunization-Week
PARTAGER
Facebook
Linkedin

La Semaine mondiale de la vaccination est devenue un rendez-vous régulier dans le calendrier de ces dernières années. Le thème de cette année ? « Les vaccins, ça marche ».

 

Se déroulant au cours de la dernière semaine d’avril, la Semaine mondiale de la vaccination a pour objectif de sensibiliser le public à la vaccination, qui sauve des millions de vies, et à son importance dans la protection des personnes de tout âge contre les maladies. La campagne de cette année met l’accent sur l’importance d’une immunisation tout au long de la vie. En effet, la vaccination jouera un rôle clé dans la réalisation du n° 3 des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies pour 2030, qui porte sur l’augmentation de l’espérance de vie et la réduction de l’impact de nombreuses maladies mortelles. Deux missions qui dépendront en grande partie d’une généralisation de la vaccination.

Le succès des vaccins dans la prévention est incontestable. Et cette année, le thème de la Semaine mondiale de la vaccination l’indique clairement: « les vaccins, ça marche». Actuellement, les estimations montrent que l’immunisation sauve au moins 5 vies chaque minute. La liste des maladies évitables grâce à la vaccination comprend le cancer du col de l’utérus, la diphtérie, l’hépatite B, la rougeole, les oreillons, la pneumonie, la poliomyélite, la diarrhée par rotavirus, la rubéole, le tétanos et la coqueluche.

 

Du retard dans l’atteinte des objectifs

 

Néanmoins, il reste encore beaucoup d’inquiétudes. En 2011, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a élaboré un Plan d’Action Mondial pour la vaccination, approuvé en 2012 par 194 États membres de l’Assemblée mondiale de la Santé. Celui-ci fixait une série d’objectifs permettant de prévenir des millions de décès dus à des maladies évitables par vaccination d’ici 2020. En 2017, la réalisation de ces objectifs a pris du retard.

Cela peut s’expliquer en partie par la naissance d’un phénomène d’«hésitation vaccinale». Dans certains pays, une perte de confiance dans l’innocuité des vaccins voit le jour, en raison de témoignages négatifs sur les effets secondaires. Dans d’autres, le scepticisme peut être dû à un conflit avec les opinions.

 

Comprendre l’hésitation face à la vaccination

 

Sanofi admet cette hésitation ressentie par certaines personnes avant d’accepter d’être vaccinées ou de faire vacciner leurs enfants. Il n’est pas nécessaire de constamment répéter des chiffres sur les statistiques mondiales de la santé. Ces personnes ne seront convaincues de l’efficacité de la vaccination que lorsque les facteurs qui conduisent à leur propre réticence seront analysés, compris, et que leurs questions seront examinées.

Sanofi a étudié les origines de cette hésitation autour de la vaccination. La position des personnes est souvent plus émotive que rationnelle. Lorsqu’ils discutent de leurs doutes sur la vaccination auprès des professionnels de la santé, ils doivent être attentivement écoutés et avoir des réponses à leurs questions spécifiques.

 

 

 

La Semaine mondiale de la vaccination renforcera le message autour de l’efficacité des vaccins.

Mais comme déclare David Loew, Directeur Général de Sanofi Pasteur : « Les professionnels de la santé, en particulier les médecins, jouent un rôle important dans l’établissement de la confiance dans les vaccins ».

Et Sanofi s’engage à les accompagner pour renforcer la confiance dans les vaccins.

 

Sanofi_Semaine-Mondiale-vaccination

Choisissez les sujets qui vous intéressent comme
ou