La puissance des partenariats public-privé pour lutter contre
les maladies non transmissibles

mom
PARTAGER
Facebook
Linkedin

La Fondation Sanofi Espoir et son programme My Child Matters ont été à l’honneur dans le cadre d’un événement organisé par Access Accelerated en marge de la 72ème Assemblée générale des Nations Unies qui s’est tenue à New York le 20 septembre 2017. Cet événement a réuni des représentants de haut niveau du secteur privé, de même que des décideurs et des acteurs de la santé publique afin de rechercher des solutions communes pour faire avancer la lutte contre les maladies non transmissibles dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

 

« Qu’il s’agisse du secteur privé ou du secteur public, nous vivons tous dans le même monde et nous devons joindre nos efforts pour faire avancer la prise en charge des maladies non transmissibles », a déclaré Son Altesse Royale la Princesse Dina Mired de Jordanie, future présidente de l’Union internationale contre le cancer (UICC), dans son allocution d’ouverture.

 

IMG_2559_brut

Un des débats d’experts a porté sur l’expérience de terrain et les mesures concrètes à prendre pour améliorer la collaboration entre les différents acteurs de l’écosystème de la santé. La Pr Angelica Samudio, Chef du service d’hématologie et d’oncologie de l’Hôpital d’Asunción et responsable du programme My Child Matters au Paraguay, a dressé un état des lieux des cancers de l’enfant dans son pays et expliqué « qu’il y a un AVANT » et un « APRÈS » My Child Matters au Paraguay.
Évoquant son expérience de la prise en charge des cancers de l’enfant, la Pr Samudio a rappelé que les deux principales causes des échecs thérapeutiques en oncologie pédiatrique sont les diagnostics tardifs et l’abandon des traitements.

 

La Fondation Sanofi Espoir intervient au Paraguay depuis 2009. En l’espace de dix ans, les soins dispensés aux enfants atteints de cancer ont pu être décentralisés en déployant un réseau de cliniques satellites. La Fondation a également formé 4 900 médecins et 1 600 infirmières et continue d’apporter un soutien psychosocial aux familles.

 

L’impact de ces interventions est sans équivoque : le taux d’abandon de traitement est passé de 20 % à 0 % et le taux de survie des patients atteints de la forme la plus fréquente de leucémie a doublé, pour s’établir à 70 %. « La collaboration que nous avons nouée avec l’équipe de la Fondation Sanofi Espoir, la confiance qu’elle a su nous donner et son engagement aux côtés des patients et des familles sont les principaux facteurs de ce succès », a affirmé la Pr Angelica Samudio dans sa conclusion.

 

Choisissez les sujets qui vous intéressent comme
ou