Sanofi signe un accord historique pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens

Sanofi signe un accord historique pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens
PARTAGER
Facebook
Linkedin

Sanofi s’est associé aux plus grands laboratoires pharmaceutiques du monde en signant une feuille de route pour lutter contre la menace croissante de la résistance aux antimicrobiens. Une initiative soutenue par les Nations Unies, dont l’Assemblée générale a par ailleurs convoqué, le 21 septembre dernier, une réunion de haut niveau sur la résistance aux agents antimicrobiens.

Cette feuille de route – qui présente quatre engagements clés à l’horizon 2020 – marque une collaboration sans précédent entre 13 groupes pharmaceutiques différents, qui espèrent être rejoints bientôt par d’autres laboratoires.

Ces engagements sont basés sur les principes identifiés dans La Déclaration sur le combat contre la résistance aux antimicrobiens rédigée et signée par 85 entreprises et 11 associations lors du Forum économique mondial de 2016 à Davos.

 

La résistance aux antimicrobiens survient lorsque les bactéries et autres microbes développent une résistance aux médicaments utilisés pour traiter les infections. Ce problème affecte les antimicrobiens tels que les antibiotiques, qui agissent uniquement sur les bactéries, ainsi que les antiviraux, les antiparasitaires et les antifongiques.

Une analyse indépendante réalisée en 2014 a conclu que la résistance aux antimicrobiens pourrait mener au décès de 10 millions de personnes chaque année à l’horizon 2050.

Cette feuille de route reflète donc la détermination du secteur pharmaceutique à résoudre l’un des plus grands défis pour les soins de santé dans le monde. Quatre engagements principaux y sont annoncés.

 

Réduire l’impact sur l’environnement

 

Les signataires travailleront à réduire l’impact de la production d’antibiotiques sur l’environnement. Les chaînes de production et d’approvisionnement seront adaptées, et un cadre de travail sera mis en place pour évaluer et gérer les déchets d’antibiotiques.

 

Utilisation ciblée et éducation

 

Les activités de marketing ainsi que l’éducation des patients et des professionnels de santé seront réexaminées afin de veiller à ce que les antibiotiques ne soient prescrits qu’aux patients qui en ont besoin. Le partage des données entre les organismes de santé publique, les professionnels de santé et les laboratoires pharmaceutiques jouera également un rôle important pour réduire les achats d’antibiotiques inutiles.

 

Accès aux nouveaux antibiotiques et vaccins

 

Les signataires travailleront à améliorer l’accès aux antibiotiques, vaccins et moyens de diagnostic actuels et futurs afin de contribuer à renforcer les systèmes de santé mondiaux et réduire les goulets d’étranglement. De nouveaux modèles d’activité seront mis au point afin d’équilibrer la demande de médicaments grâce à une utilisation appropriée des antibiotiques et programmes de vaccination. Des efforts seront aussi réalisés pour réduire la prévalence des antibiotiques contrefaits et de mauvaise qualité sur les marchés mondiaux.

 

Plus de collaboration

 

Étant donné la valeur que les nouveaux antibiotiques, vaccins et moyens de diagnostic représentent pour la société, des collaborations ouvertes entre ce secteur d’activité et le secteur public seront également explorées.

 

L’engagement de Sanofi

 

Sanofi est un leader mondial dans la recherche sur la résistance aux antimicrobiens. L’entreprise collabore déjà avec Fraunhofer-Gesellschaft en Allemagne pour identifier et accélérer le développement d’antibiotiques contre les maladies infectieuses. Elle travaille également aux côtés du ministère français de la Santé sur plusieurs fronts concernant la résistance aux antimicrobiens.

 

La collaboration dans le cadre de cette feuille de route est une progression logique dans l’engagement continu de Sanofi pour réduire l’impact de la résistance aux antimicrobiens dans le monde.

Choisissez les sujets qui vous intéressent comme
ou