Un nouvel espoir pour les personnes atteintes d’un cancer

La recherche met au point des traitement personnalisés contre le cancer
PARTAGER
Facebook
Linkedin

Plus de 8 millions de personnes meurent chaque année d’un cancer, maladie qui constitue la première cause de mortalité chez les personnes de moins de 65 ans. Si des progrès importants ont été réalisés ces dernières années en matière de traitement thérapeutique, il demeure nécessaire, pour améliorer les taux de survie des patients, de développer des médicaments plus innovants.

 

Difficulté majeure du point de vue du traitement : chaque cancer est bien spécifique et appelle donc un traitement adapté. Pour un même tissu ou un même organe, il existe en effet de nombreux types de cancer différents.

Le cancer naît d’une accumulation de mutations qui se sont opérées au sein d’une cellule normale et qui donnent à cette cellule des propriétés qui lui permettent de proliférer et de générer des tumeurs. Le corps est normalement capable d’éliminer ces cellules, grâce au système immunitaire, mais chez les personnes atteintes d’un cancer, ce système immunitaire n’est pas en mesure de reconnaître la cellule anormale, si bien que celle-ci peut se multiplier et produire de nouvelles tumeurs, suivant un processus appelé la métastase.

La maladie est provoquée par un certain nombre de facteurs, dont les anomalies génétiques héréditaires, l’exposition à certains virus ou agents toxiques, ou encore un mode de vie mauvais pour la santé.

 

Chiffres-clés du cancer

 

Développer des traitements personnalisés

 

Elle se traite traditionnellement de trois façons différentes : par la chirurgie, pour supprimer la tumeur, la radiothérapie, qui utilise les rayonnements, et la chimiothérapie, qui implique d’administrer des substances médicinales systémiques. Ces techniques permettent de détruire les cellules malades et de les empêcher de se multiplier, mais si la chimiothérapie et la radiothérapie agissent bien sur les cellules cancéreuses, elles ont aussi pour effet de détruire les cellules saines, ce qui explique leurs effets secondaires.

Néanmoins, la connaissance des cellules cancéreuses est aujourd’hui plus avancée et permet de développer des thérapies qui ciblent plus spécifiquement les mécanismes de développement du cancer. Communément appelées « médecine personnalisée » ou « recherche translationnelle », ces thérapies constituent l’un des principaux axes de recherche de Sanofi Oncologie, dans son travail de lutte contre le cancer.

Cette composante du Groupe Sanofi articule ses travaux de recherche autour des trois grandes orientations : parvenir à réveiller et réorienter le système immunitaire pour qu’il lutte contre les cellules anormales, développer des molécules spécifiques à la mutation qui s’est opérée dans les cellules cancéreuses, et utiliser des molécules surpuissantes pour cibler exclusivement les cellules cancéreuses.

 

Cibler uniquement les cellules cancéreuses

 

Ces molécules surpuissantes sont appelées les « conjugués anticorps-médicament » (ADC) ou immunoconjugués. Le centre de recherche de Sanofi Oncologie de Vitry travaille au développement de ces molécules, forme ciblée de chimiothérapie conçue à partir de produits naturels 100 fois plus puissants que les médicaments classiques. Pour agir, les immunoconjugués se collent à la cellule tumorale, avant de la pénétrer pour enfin libérer leur molécule hautement active qui permet de la détruire.

Cette technique relève d’une approche nouvelle, centrée sur le patient. Jusqu’à présent, les chercheurs partaient d’une molécule ou d’une cible et cherchaient à la développer. A présent, Sanofi essaie plutôt de comprendre tout d’abord la maladie du patient, puis se sert d’un antigène ciblé pour traiter le cancer suivant son type.

Avec la convergence des progrès technologiques, mais aussi parce que l’on comprend aujourd’hui beaucoup mieux la biologie du cancer et que les patients sont désireux de voir ce type de méthode devenir une réalité, l’oncologie est une discipline extrêmement stimulante. Autour de la médecine personnalisée ou de la recherche translationnelle, et par une réelle volonté d’ouvrir l’innovation, différents acteurs industriels du secteur de la santé partagent à présent leurs recherches et leurs meilleures pratiques, car chacun a réalisé qu’il était essentiel de travailler ensemble pour pouvoir parvenir à mieux traiter le cancer et permettre aux patients du monde entier de nourrir de nouveaux espoirs.

Choisissez les sujets qui vous intéressent comme
ou