Les Prix Sanofi-Institut Pasteur 2015 : Prévoir les mutations virales pour combattre les épidémies infectieuses

Marco_Vignuzzi_750x600_VF
PARTAGER
Facebook
Linkedin

Marco Vignuzzi cache derrière son air calme et mesuré, toute la complexité de son sujet d’étude et la passion qu’il suscite en lui.

 

Et pourtant, cela ne fait aucun doute, ce qu’il fait est tout sauf simple : le Dr. Vignuzzi est un virologiste spécialisé dans la mise au point d’une approche informatique et expérimentale pour surveiller, et prédire, les mutations des virus à ARN. L’objectif ultime de son équipe : créer des vaccins et des anti-viraux plus efficaces.

 

Lauréat, dans le domaine des maladies tropicales et négligées, du National Award du Prix Sanofi Institut Pasteur dans la catégorie Junior, le Dr. Vignuzzi est animé par sa passion pour la science.

LeHubPrixSanofiPasteur_755x355

Son équipe s’est concentrée sur l’évolution virale du virus du Chikungunya. Les virus à ARN comme le Chikungunya sont considérés comme les organismes les plus simples sur terre. En effet, quand certains virus peuvent avoir un véritable code génétique contenu dans leur ADN, ceux qui contiennent de l’ARN mutent à une vitesse bien supérieure, sur des cycles très courts. Cela leur permet de s’adapter très rapidement aux changements de leur environnement hôte. A cela s’ajoute leur caractère instable.

 

Et pourtant, malgré leur composition basique, ils sont à l’origine de la majorité des cas existants ou émergeants de maladies infectieuses, comme Ebola, la grippe, la rougeole, ou encore la pneumonie atypique, l’hépatite C, le virus du Nil occidental et le Chikungunya.

 

L’analyse du Chikungunya

 

Le réchauffement climatique entraine des variations de température telles, qu’elles influent sur la propagation de maladies infectieuses comme le Chikungunya. Des températures plus douces ont très clairement favorisé la dissémination du vecteur viral dans des régions au climat plus tempéré comme ceux d’Europe de l’Ouest.

 

Le vecteur du Chikungunya et de la dengue est un excellent exemple de ce phénomène. En effet le moustique tigre (Aedes albopictus), est maintenant présent dans de nombreuses régions d’Europe du Sud. C’est pour cette raison que l’Organisation Mondiale de la Santé, a fait des épidémies de maladies infectieuses un des enjeux majeurs à traiter lors de la COP21.

 

Le Dr. Vignuzzi et son équipe ont été capables de déterminer que l’épidémie de Chikungunya de 2005/2006, qui avait démarré à la Réunion, dans l’Océan Pacifique pour se répandre à travers l’Inde et l’Asie du Sud-Est, était le résultat d’une unique mutation. Elle a permis au virus de passer du moustique de la fièvre jaune (Aedes aegypti) au moustique tigre (ils ont localisé la mutation dans la salive de ce dernier). Un changement crucial qui permet au virus de se répandre au-delà des régions tropicales et sud-tropicales, vers les régions tempérées.

 

Vers l’éradication des mutations virales

 

Les résultats qu’ont permis d’atteindre tout ce travail et cet engagement sont plus que significatifs : l’équipe du Dr. Vignuzzi peut maintenant mieux prédire les mutations de virus ayant un fort potentiel épidémique dans les années à venir.

 

 

 

Et bien qu’ils aient étudié le virus du Chikungunya, leurs travaux peuvent s’appliquer à n’importe quel arbovirus (un virus transmis via un vecteur arthropode) comme la dengue ou la fièvre jaune par exemple.

 

Cela permettra de cibler et de contrôler ces virus, qu’il existe, ou non, une épidémie. De plus, leur recherche peut également servir pour développer des vaccins ou des médicaments antiviraux.

 

Les résultats obtenus par le Dr. Vignuzzi et son équipe illustrent l’engagement de Sanofi et de l’Institut Pasteur pour mettre au point des réponses globales aux enjeux de santé publiques dans le monde. Ils sont aussi un parfait exemple de ce que peut permettre un investissement important dans la recherche et développement et de comment cela peut faire avancer la médecine.

 

Pour plus d’informations, visitez le Tumblr dédié aux Prix Sanofi-Institut Pasteur.

Choisissez les sujets qui vous intéressent comme
ou