L’engagement de Sanofi dans l’élimination de la maladie du sommeil

Sanofi_Sleeping_Sickness
PARTAGER
Facebook
Linkedin

A Genève, deux événements majeurs sur le sujet des Maladies Tropicales Négligées (MTN) ont lieu cette semaine. Le premier, le 18 avril, marque les 5 ans de travaux et de progrès réalisés contre les MTN engagés suite à la Déclaration de Londres ; l’occasion pour Sanofi de réaffirmer son engagement sur ce terrain. Aujourd’hui, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) réunit ses partenaires internationaux autour de la question des MTN. En illustration de l’important soutien des partenaires pour cette initiative, le thème de l’événement est « Collaborer. Accélérer. Éliminer. ».

 

Petit retour en janvier 2012, date à laquelle l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a publié une feuille de route visant à mettre fin à la transmission de plusieurs maladies tropicales négligées. Dans ce contexte, la Fondation Gates, l’OMS et de nombreuses parties prenantes, incluant notamment 13 sociétés pharmaceutiques dont Sanofi, ont signé la Déclaration de Londres. Cette initiative a mis en lumière dix maladies tropicales spécifiques négligées et a permis le développement de programmes pour contrôler ou éliminer ces dernières d’ici 2020. Sanofi a concentré ses efforts sur la maladie du sommeil à travers un partenariat établi en 2001 avec l’OMS. Celui-ci porte sur la fourniture de médicaments essentiels et le soutien au dépistage des patients dans les zones endémiques. En 2006, il a été étendu à la maladie de Chagas, la leishmaniose, l’ulcère de Buruli et au pian.

 

Sleeping-sickness_3

 

Une maladie tropique mortelle

 

Malgré un nom relativement bénin, la maladie du sommeil est une maladie tropicale généralisée qui peut être fatale lorsqu’elle n’est pas traitée. Appelée plus scientifiquement « Trypanosomiase Africaine Humaine », ou TAH, il s’agit d’une maladie parasitaire à transmission vectorielle inoculée aux humains par la mouche tsé-tsé. Après infection, la maladie progresse rapidement. La circulation sanguine et les systèmes lymphatiques sont envahis par des parasites, un gonflement sévère survient et les parasites attaquent rapidement le système nerveux central.

 

Il existe 36 pays endémiques subsahariens où 60 millions d’habitants vivant principalement dans les régions rurales de l’Afrique de l’Est, de l’Ouest et du Centre sont exposées à un risque de contraction de la maladie du sommeil. Cette dernière existe sous deux formes, même si l’une (développée en Afrique de l’Ouest et centrale) est beaucoup plus répandue que l’autre (en Afrique orientale et australe). Cependant, la forme moins commune se développe également chez les animaux sauvages, ce qui rend son élimination plus difficile.

Sleeping-sickness
CDC – DPDx/ Alexander J. da Silva, PhD, Melanie Moser

Disponible en anglais seulement

 

Cibler l’élimination

 

L’OMS a fait de l’objectif d’élimination du TAH un problème de santé publique (soit moins d’un nouveau cas pour 10 000 habitants dans au moins 90% des foyers endémiques) d’ici 2020 avec une élimination durable de la transmission ciblée pour 2030.

 

Pour faire de cette ambition une réalité, Sanofi a conclu en 2009 un partenariat innovant avec l’organisation de recherche indépendante Drugs for Neglected Diseases initiative (DNDi) afin de développer le Fexinidazole. DNDi effectuera des tests cliniques et Sanofi prendra en charge le développement industriel, la production et la demande d’approbation.
Cette première solution médicale et orale de la maladie du sommeil permettra de simplifier le traitement, en évitant ainsi une hospitalisation systématique et en supprimant le besoin de procéder à une ponction lombaire. Ce médicament anti-parasitaire est un composé qui a initialement développé il y a environ 40 ans, mais identifié par DNDi comme candidat à un traitement de TAH.

 

Les résultats prometteurs des essais cliniques réalisés en République démocratique du Congo et en République centrafricaine permettent à Sanofi de soumettre une demande d’approbation auprès des autorités sanitaires. Le Fexinidazole pourrait représenter une avancée thérapeutique qui appuiera les efforts d’élimination durable de la maladie, comme le précise la feuille de route de l’OMS pour 2020.

 

Vers une élimination de la maladie du sommeil

 

« Aujourd’hui, nous sommes sur la bonne voie pour éliminer la maladie du sommeil en tant que problème de santé publique d’ici 2020, mais nous ne pouvons pas nous contenter de ces premiers efforts. Notre succès dépend de notre capacité à toucher les derniers patients, tout en gardant à l’esprit qu’il s’agit là de notre plus grand défi. Depuis le début de cette mission, l’un de nos principes fondamentaux a été de considérer que « les traitements ne suffisent pas ». Le rôle de chacun des partenaires présents aujourd’hui est et restera crucial pour réussir », ont indiqué Olivier Brandicourt, CEO de Sanofi et Ameet Nathwani, Chief Medical Officer de Sanofi, tous deux présents à ces événements.

 

Choisissez les sujets qui vous intéressent comme
ou