La contrefaçon de médicaments
en Asie,
un risque perçu mais encouru

Countrefaçon de médicaments
PARTAGER
Facebook
Linkedin

Mettre fin à la production et à la vente de médicaments contrefaits est un véritable challenge de santé publique pour les autorités asiatiques.

 

L’Organisation Mondiale de la Santé estime qu’environ 30% des médicaments vendus dans certaines régions de l’Asie sont contrefaits.

 

Rien qu’aux Philippines, l’équivalent de centaines de milliers de dollars de faux médicaments ont été saisis au cours de l’année 2015, dont une majorité de produits importés d’Inde, du Pakistan et de la Chine. Alors qu’à Manille, le Département de la Santé, alerte sur les niveaux alarmants atteint par le problème des médicaments non-enregistrés et contrefaits.

 

La contrefaçon de médicaments est souvent le fait de médicaments génériques commercialisés sous le nom de marques de produits très demandés en Asie, comme les vaccins antirabiques, les antibiotiques et les médicaments pour la pression artérielle, mais aussi des produits alimentaires et des médicaments pour la dysfonction érectile.

 

Récemment, Sanofi a conduit une étude destinée à mieux saisir la perception de la contrefaçon de médicaments des Asiatiques, et comment leurs habitudes d’achats l’alimentent. Réalisée dans six pays, la Chine, l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, la Thaïlande et le Vietnam, l’étude a questionné un échantillon représentatif de la population, sur la dangerosité perçue de la consommation de médicaments contrefaits.

 

Les résultats apportent un éclairage particulier sur le commerce de médicaments contrefaits en Asie.

 

Parmi les sondés, 67% considèrent les médicaments contrefaits comme dangereux, pourcentage qui atteint même 86% en Indonésie.

Si tous les sondés semblent avoir conscience du danger que les médicaments contrefaits représentent, le manque de connaissance à ce sujet est inquiétant.

Ainsi, environ 76% des Thaïlandais et un peu plus de la moitié des Indonésiens interrogés déclarent ne pas savoir faire la différence entre un faux et un vrai médicament.

 

Les dangers de l’achat en ligne

 

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 96% des sites de vente de médicaments en ligne sont illégaux. De plus, environ 50% des médicaments achetés sur des sites internet dissimulant leur adresse physique vendraient des contrefaçons.

 

Cependant, malgré leur conscience des risques représentés par l’achat de médicaments en ligne, 39% des Asiatiques interrogés déclarent avoir déjà acheté des médicaments sur internet.

 

Le gain de temps et d’argent sont les deux principales raisons qui poussent les consommateurs Asiatiques à acheter en ligne, suivies par la discrétion et l’anonymat.

 

Sanofi-infog-contrefaçon_asieV3

 

Choisissez les sujets qui vous intéressent comme
ou